Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vos élus MoDem - Mouvement Démocrate de Clichy

Alice LE MOAL, Deuxième Adjointe au Maire , Education & Affaires scolaires, Conseillère départementale des Hauts-de-Seine

Sébastien RENAULT, Septième Adjoint au Maire, Développement économique, Emploi et Relations Entreprises, Adjoint délégué du quartier Bac d’Asnières/Fournier/Pasteur/Neuilly

Josette de MARVAL, Conseillère municipale déléguée Résidence, autonomie et loisirs des séniors

Colette MICHEL, Conseillère municipale déléguée Dynamisation du centre-ville

Julien BOUCHET, Conseiller municipal délégué Entrepreneuriat - Economie sociale et solidaire

Recherche

17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 11:16

Photo 011011 008

 

En prévision de l'organisation de la CAN 2012 au Gabon et en Guinée Equatoriale, un match amical de football a été organisé à Clichy-la-Garenne avec les équipes d'anciens internationaux du Cameroun et du Gabon.

 

Un match qui a réjoui les participants et auquel se sont joints Alvine MOUTONGO-BLACK, Maire-Adjointe MoDem chargée du quartier Berges-de-Seine/Beaujon, et Stéphane Cochepain, président du Groupe des élus MoDem.

 

Bonne chance aux équipes africaines pour la compétition !

 

Photo 011011 005

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 21:14

bayrou-petit.jpgLa réforme des retraites qui prend effet concrètement en cette année 2011 continue de faire débat, en raison des inégalités sociales encore non résolues.

 

Projet de loi du gouvernement présenté l'année dernière, François Bayrou et les élus du Mouvement Démocrate avaient participé au débat national.  

 

Suite aux insuffisances de la réforme, François Bayrou avait contre le projet de loi (cliquez ici).

 

Retrouvez également ci-dessous le communiqué du 16 juin 2010 du Mouvement Démocrate relatif au débat sur la réforme des retraites :

 

1- La réforme des retraites est nécessaire. Elle ne peut pas être sans efforts. Mais lorsque les efforts ne sont pas équilibrés, ils ne sont pas acceptés.


2- Pour obtenir une réforme équilibrée, il fallait répondre à quatre exigences : dans le court terme, des ressources nouvelles qui suppriment le déficit ; dans le moyen terme, une politique qui permette un plus grand nombre d'actifs au travail par rapport au nombre de retraités -donc une politique crédible de création de travail- ; en même temps, un glissement de l'âge légal de départ en retraite, nécessairement accompagnée de mesures en faveur des carrières longues, de la pénibilité, et d'un filet de sécurité pour les carrières incomplètes - ; dans le long terme, enfin, la réflexion sur un nouveau système, unifié, de retraites.

3- Le plan n’est pas convaincant en matière de ressources nouvelles. On ne peut donc en attendre un rééquilibrage durable. L’augmentation de 1 pour cent de la dernière tranche de l’impôt sur le revenu (de 40 pour cent à 41 pour cent) n’est même pas symbolique. Les prélèvements sur les revenus du capital sont à peine esquissés. En vérité, là où l’on attendait un effort demandé aux plus favorisés, on a quelques mesures pour faire semblant. L’équilibre des efforts entre le bas et le haut de la pyramide sociale n’est pas équitable.

4- L’utilisation du fonds de réserve des retraites pour amortir les déficits d’ici à 2020 est la conséquence de ce déséquilibre. C’est ruiner une idée qui, pour une fois, était prévoyante. La France mettait de côté des sommes importantes, pour faire face au déséquilibre démographique attendu du « papy-boom ». On était encore très loin de l’objectif fixé. Mais cette « épargne nationale » va être immédiatement utilisée. C’est le choix du court terme face au long terme.

5- La question d’une politique pour la production et le travail, l’encouragement à la création d’emplois est presque totalement absente du plan gouvernemental. Or si l’on ne trouve pas des emplois nouveaux, pour les jeunes et les plus de cinquante ans en particulier, aucune réforme des retraites n’a la moindre chance de marcher.

6- Pour nous, le seuil des 62 ans en 2018 est acceptable. Cet âge aurait pu être atteint au rythme d’un trimestre supplémentaire par an en commençant au 1er janvier 2011. Le gouvernement a choisi un glissement de quatre mois par an, mais en commençant plus tard, au 1er juillet 2011. Des dérogations sont prévues qui maintiendront l’âge de 60 ans pour les salariés entrés dans la vie professionnelle avant 18 ans. L’augmentation prévue de la durée de cotisation est modérée (un trimestre supplémentaire). Sur ces deux points, importants, sous réserve de précisions, nous pensons que la réforme n’a pas commis d’erreur majeure.

7- Pour la pénibilité, après la réflexion des partenaires sociaux sur les éléments objectifs qui la définissent (port de charges lourdes, travail de nuit, exposition au bruit, exposition aux produits chimiques), le gouvernement a choisi un examen individuel diagnostiquant une dégradation précoce de l’état de santé. Ce n’est pas vraiment juste car la pénibilité supportée longtemps, en soi, avec ou sans conséquences détectables (certains troubles ou maladies graves peuvent mettre longtemps à apparaître) devrait entraîner un droit à la retraite plus précoce.

8- La décision la plus injuste, et pour nous inacceptable, c’est la modification du seuil de 65 ans qui permettait de liquider sa retraite, avec les droits acquis, même incomplets, mais sans pénalisation. Cette disposition concerne les salariés les moins favorisés, très souvent les femmes ayant élevé des enfants, ou tous ceux qui ont eu des difficultés de carrière, qui ont « galéré ». C’était un filet de sécurité. Ce déplacement est injuste : il atteint les plus faibles, et les années après 65 ans sont plus sensibles que les années après 60 ans, - on avance en âge. De surcroît, c’est un artifice comptable : la plupart des salariés concernés ne sont plus au travail, ils sont au chômage de longue durée et attendent cet âge pour liquider leur retraite. Il s’agit donc en fait d’un transfert de charges des caisses de retraite vers les caisses d’indemnisation du chômage.

9- Les efforts demandés aux fonctionnaires, et dans quelques années aux régimes spéciaux, correspondent à une réelle attente des Français en termes de justice et d’égalité devant la retraite. Mais ils auront des conséquences sur le pouvoir d’achat, dont il faudra tenir compte dans la politique à suivre à l’égard de la fonction publique.

10- Enfin, le gouvernement n’a pas accepté d’ouvrir la réflexion sur le régime de retraites de l’avenir, le seul capable de sauver les retraites par répartition, le régime de retraites unique à points, ou à comptes personnels, qui seul autorise en même temps l’équilibre des comptes et la souplesse du choix personnel de chaque salarié, qui connaît à tout moment ses droits et peut choisir l’âge à partir duquel il les exercera. C’était une occasion unique, au moment où plusieurs organisations syndicales ou politiques demandaient une telle réflexion, d’ouvrir, sans pression, des pistes pour l’avenir.

11- En l’état, ce projet n’est pas équitable. Nous allons donc participer au débat, notamment à l’Assemblée nationale et au Sénat, pour que les changements indispensables rendent, si c’est encore possible, cette réforme plus équilibrée et plus juste.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 20:47

 

Depuis Février dernier, le Groupe des élus du Mouvement démocrate - MoDem de Clichy participe à la mise en place d’une nouvelle majorité pour redonner à la ville la dynamique nécessaire pour lui permettre de relever tous les défis auxquels elle est confrontée.

 

En élus responsables, Stéphane Cochepain, Alvine Moutongo-Black, Sébastien Renault, Jean-Marie Sarrot et Marine Vion ont voté en novembre 2010 le PLU (Plan Local d’Urbanisme) et les projets d’avenir que celui-ci portait (écoles, programme ANRU, avenir de la fondation Roguet…) pour ne pas bloquer Clichy.

 

Confirmant notre soutien par le vote du budget, le groupe des élus Modem de Clichy a présenté la candidature d’Alvine Moutongo-Black au poste vacant de maire-adjoint, soutenue par le maire et une grande majorité des élus.

Or, lors du Conseil municipal du 17 Juin dernier, l’annulation en séance de ce vote a démontré que les manoeuvres purement politiciennes avaient toujours une place de premier plan à Clichy.

 

Le maire a une fois encore cédé aux pressions de certains élus, parmi les plus virulents opposants, qui ont imposé lers conditions à l’élection d’un maire-adjoint MoDem. N'avait-il pourtant pas sommé en janvier dernier les membres de sa majorité qui souhaiteraient « descendre du train » de se décider ? 

 

Aujourd’hui, les élus Modem s’interrogent sur les intentions réelles du Maire à construire une majorité solide et solidaire autour d’élus responsables, qui travaillent pour l’intérêt de tous les Clichois.

 

C’est pourquoi nous avons décidé de nous mettre en retrait de nos délégations jusqu’au prochain Conseil municipal en espérant qu’il sera le moment de la clarification.

 

 

Stéphane COCHEPAIN, Alvine MOUTONGO-BLACK, Sébastien RENAULT, Jean-Marie SARROT et Marine VION.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 09:00

sc00024da4.jpg

Partager cet article
Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 09:05

logo-modem[1]Mercredi 8 juin 2011, les adhérents du Mouvement Démocrate des Hauts-de-Seine étaient appelés à élire leur président, ainsi que leurs représentants au conseil départemental.

 

Chantal Brault, candidate unique pour la présidence, a été élue dès ce 1er tour, avec une participation de 37%.

 

La liste de rassemblement pour le conseil départemental "Mouvement Démocrate Uni dans les Hauts-de-Seine" a également été élue.

 

Retrouvez toutes les informations sur ce sujet sur le site du MoDem 92 !

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 09:03

M. Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret, député de Clichy et de Levallois, a affirmé, dans un article relatif à Clichy et publié dans le dernier numéro de son journal, que nous avions fait « liste commune avec l’UMP » lors des élections municipales de mars 2008, qualifiant ensuite notre action au sein de la nouvelle majorité municipale de « trahison ».

 

M. Balkany se trompe. En effet, lors des élections municipales de mars 2008 à Clichy, notre liste du Mouvement Démocrate avait fusionné avec la liste de centre-droite de Rémy Muzeau, alors que la liste UMP, menée par Mme Restoux, s’était maintenue au second tour, faisant perdre une occasion d’apporter une nouvelle offre politique aux Clichois !

 

Animés aujourd’hui par la volonté de privilégier les intérêts des Clichois, nous participons à la construction d’une nouvelle majorité avec des sensibilités républicaines plus convergentes que divergentes. C’est dans cet état d’esprit que nous travaillons au développement de Clichy, dans le respect de son histoire et de son identité de ville solidaire et humaniste.

 

Stéphane COCHEPAIN, Alvine MOUTONGO-BLACK, Sébastien RENAULT, Jean-Marie SARROT et Marine VION.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:03

La situation financière de Clichy reste très fragile, notamment au regard de son fort endettement. Toute dérive budgétaire nouvelle serait néfaste pour notre avenir collectif, en particulier dans la perspective d’une intercommunalité que nous souhaitons exigeante en termes de tenue des finances locales.

 

Le concours financier de l’Etat aux collectivités se raréfie, s’ajoute à cela la suppression de la taxe professionnelle. Elle sera compensée en 2011 mais un sérieux manque à gagner dès 2012 est à redouter. Enfin, le département et la région nous aideront plus modestement.

 

Pour autant, le niveau d’imposition des clichois, déjà très élevé, ne doit pas être augmenté pour ne pas pénaliser davantage les classes moyennes déjà lourdement sollicitées.


Ainsi, à mi mandat, il convient de mener l’exercice de priorisation des investissements pouvant être réalisés (ce qui implique d’assumer ceux qui le seront pas), et de s’y tenir sans faiblesse. Selon nous, puisque l’ensemble des projets ne pourront pas être menés à leur terme, privilégions ceux qui apportent un service essentiel à la population.

 

En outre, une attention toute particulière doit être portée dans la maîtrise des dépenses de fonctionnement. Cette rigueur s’appliquer en matière d’entretien régulier de notre patrimoine sur lequel nous intervenons trop souvent « en pompiers », ce qui est économiquement aberrant.

 

La ville doit s’astreindre à une limitation de ses recrutements. Nous devons prioriser la formation des personnels en place et leur plan de carrière plutôt que de recruter davantage encore.

 

Le MoDem restera attentif au respect de ces conditions et soutiendra les grandes orientations budgétaires 2011 pour une gestion responsable de notre ville.

 

Stéphane Cochepain, Alvine Moutongo-Black, Sébastien Renault, Jean-Marie Sarrot et Marine Vion.

 

(Tribune publiée dans "Clichy Mag" Avril-Mai 2011)

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 21:52

Le projet de budget qui  nous a été soumis lors du Conseil municipal du 29 avril a été l'occasion d’affirmer notre soutien à l'engagement budgétaire du Maire pour 2011.

Sur les concours de l’Etat aux collectivités, force est de constater qu’ils se raréfiaient  voire diminue, l’analyse est partagée par l’association des maires de France.

S’ajoute la réforme de la fiscalité locale, en particulier la suppression de la taxe professionnelle. Certes elle sera compensée en 2011 ; mais pour une collectivité comme la notre, qui possède  des bases qui évoluent significativement d’une année sur l’autre, nous aurons inexorablement un sérieux manque à gagner dès 2012.

Plus globalement les collectivités de type département et région nous aideront plus modestement sur les projets pour lesquels nous sollicitons leur concours. Espérons toutefois une augmentation de recettes issue des droits de mutation.

La seule marge de manœuvre dont nous pourrions disposer en recettes réside dans le taux d’impôt (taxe foncière et d’habitation) aux ménages. Déjà très élevés, ces taxes ne devront pas être augmentées pour ne pas pénaliser davantage les classes moyennes déjà lourdement imposées.

Force est de constater que la situation financière de Clichy, même si elle s’améliore lentement, reste très fragile notamment au regard de son fort endettement.

Tout dérive budgétaire nouvelle serait néfaste pour notre avenir collectif, en particulier dans la perspective d’une intercommunalité que nous souhaitons exigeante  en terme de tenue des finances locales.

Nous faisons nôtre le projet de Plan Pluriannuel d’Investissement dont nous espérons qu’il puisse être mis en œuvre.

Ainsi, à mi mandat, il convient de mener l’exercice de priorisation des investissements pouvant être réalisés (ce qui implique d’assumer ceux qui le seront pas), et de s’y tenir sans faiblesse.

Selon nous, puisque l’ensemble des projets ne pourront pas être menés à leur terme, privilégions ceux qui apportent un service essentiel à la population.

En outre, il nous semble important d’y associer un Plan Pluriannuel de Fonctionnement tout aussi déterminant pour mieux prévoir et suivre les impacts en dépenses de fonctionnement conséquence des investissements ainsi programmés.

La question de la masse salariale demeure une question primordiale. Là aussi, nous devons nous astreindre à une grande rigueur en termes de recrutement. Nous devons prioriser la formation des personnels en place et leur plan de carrière plutôt que de recruter davantage encore. Il nous faut aussi renforcer l'attractivité des postes vacants sur la petite enfance ou la police municipale notamment. Il existe une concurrence entre les villes pour attirer des personnels de qualité. Clichy doit se doter des mêmes moyens que ses concurrents, faute de quoi nous récolterons la pénurie de personnels ou la déficience du fonctionnement de certains services.

Cette rigueur doit aussi s’appliquer en matière d’entretien régulier de notre patrimoine sur lequel nous intervenons trop souvent en pompiers, ce qui est économiquement aberrant.

Dans ces conditions, nous permettrons la réalisation des projets attendus des clichois.

Nous voulons citer par exemple la résidence Azur et la Fondation Roguet, mais aussi les futures écoles Victor Hugo et du Bac d’Asnières, au même titre que le groupe scolaire Castérès  et bien entendu, plus globalement le programme ANRU qui doit être mené à terme. En matière d’équipements sportifs, le stade Racine est bien la priorité en ce qui nous concerne.

Par ailleurs, il nous faut aller encore plus loin dans les économies au niveau de la communication. Des actions toutes simples et qui doivent certainement figurer dans l’Agenda 21 de la Ville sont à mettre en œuvre : fichier actualisé des destinataires pour éviter de recevoir plusieurs fois le même courrier ; utiliser davantage internet, mail et sms ; contrôler l'utilisation du téléphone ; favoriser efficacement les économies d'énergie en mettant par exemple en place à la mairie des systèmes de minuteries et d'allumage auto par détection de présence. Seule la décision politique est à prendre…

Enfin, un projet doit nous être présenté dans les plus brefs délais quant à l’avenir du centre artisanal Léon Blum. Relisez les programmes électoraux des dernières élections municipales, vous y trouverez des idées intéressantes.

Aussi, pour une meilleure efficacité et service rendu aux clichois, nous aurons à cœur d’encourager le travail entre élus et entre service pour de transversalité dans la conduite des projets. 

Le MoDem restera attentif au respect des propositions que nous venons d’énoncer.

 

Ainsi, nous avons accepté les propositions  budgétaires de 2011 pour une gestion responsable de notre ville et avons décidé de voter le budget proposé par M. Le Maire, M. Auffret et la majorité municipale.

  

 

Stéphane Cochepain, Jean-Marie Sarrot, Sébastien Renault, Alvine Moutongo-Black et Marine Vion.

 

 

Partager cet article
Repost0